• Illiwap
  • Lun 4 mars
Ville de Donzère
Histoire & Patrimoine  > 

Lieux d'intérêts

Découvrez Donzère et ses secrets à travers deux balades et des magnifiques lieux d'intérêts, classés pour certains aux monuments historiques :


Donzère (formerly Dunsera)

Petite commune de 6 000 habitants appartenant au canton de Pierrelatte, Donzère (autrefois nommé Dunsera) est généralement associée au canal qui porte son nom.


En traversant la Grand-Rue en direction de l’ouest, à la sortie de l’ancien portail Neuf, se dresse l’actuel Hôtel de ville.


Cette partie des remparts, ainsi que la tour, toutes deux crénelées, datent du XIIe siècle.


Calade est un mot d’origine provençale qui signifie rue empierrée avec des galets.


La porte de la Font est construite dans la partie du rempart XIVe siècle (deuxième enceinte)


Cette tour abrite un escalier à vis desservant les pièces du premier étage de l’habitation.


En 1985, lors des travaux d'adduction d'eau dans la Grande Rue, plusieurs structures romaines sont relevées. 


Côté Ouest, les constructions actuelles s’appuient sur le rempart dont la partie haute est visible avec meurtrières et pierre gravée.


Claude de Tournon évêque de Viviers et prince de Donzère avait accordé en 1506 aux consuls représentant les habitants, un marché hebdomadaire et trois foires annuelles.


Cette maison de style Renaissance, contemporaine du château de Claude de Tournon...


Cette maison “époque Renaissance” a appartenu à une riche famille noble Donzèroise (selon le cadastre de 1575). 


Donzère, de la Préhistoire à nos jours au Musée !


La tour de l’Horloge, qui date de 1848, a été érigée après la démolition, en 1844, de la porte est de la première enceinte (XIIe siècle) et dans la perspective de l’élargissement de la rue. 


Cette maison, probablement d’origine médiévale, est l’une des plus anciennes demeures de Donzère. 


Le lavoir public construit en 1871, couvert en 1892, s’appuie sur le rempart du XIIe siècle. Il est alimenté par l’eau des sources situées dans le vallon des Riailles.


Cette porte percée de meurtrières et surmontée d’un chemin de ronde fait partie de la première enceinte du rempart du XIIe siècle. 


À Donzère, au XVIIIe siècle, deux organismes administraient la communauté :


Le chevet de l’église est constitué d’une abside semi-circulaire décorée d’arcatures en plein cintre retombant alternativement sur des consoles et des colonnes. 


L’église actuelle, malgré des remaniements aux XVIe, XVIIe et XIXe siècles (façade ouest, tribune, rehaussement du sol) présente une belle unité architecturale caractéristique de l’art roman provençal :


Située à l’intérieur de l’enceinte du XIIe siècle, cette place est la plus ancienne du village. 


Cette tour marque l’angle sud-ouest de l’enceinte du XIIe siècle. 


En 1889, Adolphe Meynot, riche propriétaire, dont la famille a donné trois maires à Donzère, lègue ce pré à la commune pour “faire prendre l’habitude du travail et le goût de l’agriculture” aux garçons de l’école. 


La parcelle sur laquelle se situe aujourd’hui le moulin appartenait en 1500 à l’évêque de Viviers, seigneur de Donzère, et ne contenait alors que des champs et une vaste “garenne”.



Ce chemin se trouve à l’emplacement de l’ancienne route royale qui relie Donzère à Châteauneuf-du-Rhône, seul axe de communication entre Lyon et Marseille jusqu’au milieu du XVIIIe siècle. 


Nationale 7 route des vacances “qui fait d’Paris un petit faubourg d’Valence” (Charles Trenet).


Dès la fin du XVIe siècle, à l'intersection de la route royale (nord-sud) et le "chemin tirant au Taulignan" (depuis le port de Donzère en direction de l'est), fut aménagée une auberge appelée Logis Notre-Dame.


Construite de 1786 à 1792 par des artisans locaux, cette maison est l’habitation de Louis Thimoléon Bouvier (1716-1807), riche marchand de charbon et de céréales. 


Les eaux de cette fontaine sont captées au nord vers le chemin du Devoy puis après un “repos” sont canalisées jusqu’au “au chemin tirant à la Berre” (actuellement rue Sarcey de Sutières) avant de s’écouler par la “Fontette” (actuellement appelée “Fontaine Vieille”).


L'immeuble de la Tour, doit son nom à l'impressionnante tour carrée qui culmine en son centre  à plus de 22 mètres. 


Trois sources alimentent cette fontaine-lavoir dite de Font Achard. Un mur arrondi protégeant un réceptacle de 4 mètres de profondeur, un lavoir surmonté d'un toit et une canalisation évacuant les eaux, forment cet ensemble.


Située au levant de Donzère, dans le vallon de Combelonge, sur la route en direction de Grignan, la chapelle doit son nom à sa situation géographique. 


Le 1er juillet 1957, le conseil municipal propose la construction d’une piscine municipale. 


L' histoire de l'ancienne chocolaterie d'Aiguebelle à Donzère


À l’époque romaine, à proximité d’une villa de luxe, se trouvait une petite nécropole familiale à incinérations. Plus tard, les corps sont ensevelis dans des tombes.



Cette chapelle date du milieu du XIXe siècle.